CRÉER UN COMPTE

*

*

*

*

*

*

En Cas d’urgence contacter : 06 25 14 93 25 ou 06 49 50 45 34

 PROFESSEUR NEUROCHIRURGIEN AMRANI FOUAD | CASABLANCA | MAROC

Chirurgie du rachis (colonne vertebrale)

Lumbago, sciatique, hernie discale…, autant de pathologies de la colonne vertébrale (encore appelée rachis) qui deviennent un calvaire pour ceux qui en souffrent. Souvent présentée comme une solution de dernier recours, la chirurgie du rachis permet aujourd’hui, par le biais de nouvelles technologies, de soulager ce mal du siècle.

J’en ai plein le dos !» Cette exclamation n’a pas été trouvée par hasard. Le dos est effectivement celui qui porte le poids des maux, physiques ou psychologiques. Nombreux sont ceux qui ont essayé les kinésithérapeutes et ostéopathes, les anti-douleurs et pommades relaxantes sans trouver d’issue à ce mal qui ronge au quotidien et devient parfois un véritable handicap social et professionnel. Si tous les patients ne peuvent pas être candidat à la chirurgie du dos, pour certaines pathologies, elle se révèle très efficace. Avec les nouvelles technologies dont bénéficie aujourd’hui cette chirurgie, les opérations deviennent de moins en moins invasives et la convalescence de plus en plus rapide.

Mal de dos : qui et quand opère t-on ?

Le parcours du «dos douloureux» commence bien souvent par proposer des des séances de kinésithérapie, des infiltrations, en complément d’un traitement médical approprié. Au bout de plusieurs mois, si la douleur se fait toujours aussi intense, la visite chez le Neurochirurgien qui est aussi  chirurgien du rachis s’impose.
L’opération du dos ne s'effectuera donc qu’en cas d'échec du traitement médical et si la cause anatomique des douleurs est précisément identifiée et curable par un acte chirurgical. Un bilan lésionnel est alors établi après examen clinique, radiographique et IRM... .

La souffrance provoquée par ces douleurs peut parfois devenir un vrai calvaire. Certaines pathologies comme la hernie discale peut devenir si importante, qu’elle engendre des déficits neurologiques. «Dans ce cas, plus l’opération se fait attendre, moins les résultats seront bons»,

 

Entre chirurgie classique et nouvelle chirurgie

Le principe de la «nouvelle chirurgie», dite mini-invasive, est de réaliser le même acte chirurgical qu’en chirurgie classique mais de manière moins agressive pour les muscles.
Aujourd’hui la chirurgie mini-invasive a pris le pas et ces évolutions permanentes permettent d’opérer de plus en plus de pathologies.» Avec la chirurgie mini-invasive, une incision de deux à quatre centimètres est suffisante, en décollant et poussant très peu d'éléments pour atteindre la racine. Le chirurgien est aidé pour cela d'un microscope, ou de loupes grossissantes ou d’un endoscope, qui permet de voir sur un écran vidéo, le champ opératoire à fort grossissement.

De plus, d'autres champs de cette nouvelle chirurgie s'ouvrent, comme celle des métastases vertébrales, mais également pour certains types de fractures de la colonne, qui là encore étaient uniquement traitées par voie classique.
Les innovations concernent principalement la réduction des incisions et la préservation des muscles. Autrefois, les suites opératoires et la durée d’hospitalisation pour une hernie discale étaient plus longues et les douleurs souvent persistantes. Les nouvelles techniques utilisées aujourd’hui orientées vers la chirurgie mini-invasive permettent de préserver les structures musculaires, très importantes pour stabiliser la colonne vertébrale.

D’autres techniques de chirurgie mini-invasive sont en phase de recherche et devraient être effectives dans les années à venir. Les techniques d’imagerie au bloc deviendront plus performantes grâce notamment à des amplificateurs de brillance, permettant une meilleure précision mais aussi une diminution de l’exposition au rayon X.
Des systèmes de navigation opératoire sont aussi mis en place afin de développer la chirurgie du rachis assistée par ordinateur.

Chirurgie du dos : une solution miracle ?

Malgré les progrès de la chirurgie du dos, les 100 % de réussite ne sont pas atteints.
Pour exemple, la chirurgie de la hernie discale opération la plus fréquente qui consiste à soulager la sciatique, en levant la compression du nerf par la hernie apporte un soulagement important dans 85 à 95 % des cas.

Un autre recours à la chirurgie consiste à souder deux ou plusieurs vertèbres en cas de discopathie, d’instabilité ou devant des déformations. Les arthrodèses soulagent dans 70 % à 80 % des cas.

Au-delà du soulagement, qui peut être relatif au vu de la douleur éprouvée avant l’opération, toute chirurgie, classique ou nouvelle, peut entraîner des complications, même si elles restent rares.

Mal de dos : prévention et sensibilisation

Si certaines pathologies du dos peuvent difficilement faire l’objet de prévention ( pathologie traumatique et les lésions tumorales ) un grand nombre de problèmes de dos et donc de traitement, voir d’opération, pourraient être évités grâce à une bonne hygiène de vie , des bon gestes ( éviter soulèvement de charges lourdes ) et éviter le surpoids , pratique régulière du sport …..

Lumbago, lombalgie, sciatique…, comment les distinguer ?

Il existe de nombreux types de douleurs au dos. Les maux de dos peuvent être définis selon le type de la douleur (aiguë ou chronique, mécanique ou inflammatoire) et sont classés en trois pathologies, traumatiques (fractures à la suite d'un accident), dégénératives (dû au vieillissement), tumorales (lié à un cancer). On peut ainsi distinguer :

  • Les lombalgies, qui correspondent à des douleurs chroniques situées en bas du dos, au niveau des vertèbres lombaires, en dessous de la dernière vertèbre qui porte une côte.
  • Le lumbago, douleur qui survient brutalement dans la région lombaire, en bas du dos, parfois d'un seul côté, le plus souvent après un «faux mouvement».
  • L'arthrose, maladie chronique provoquée par une usure précoce du cartilage qui peut toucher toutes les articulations.
  • La hernie discale correspond à une saillie anormale du disque intervertébral (disque situé entre chaque vertèbre de la colonne vertébrale et permettant à la colonne vertébrale d'acquérir sa souplesse et d'amortir les chocs). La hernie discale peut entraîner une sciatique, si la hernie arrive au contact d'une racine nerveuse.
  • La sciatique, est la douleur dont la cause est une saillie d'une hernie discale située entre les disques lombaires. Elle provoque une douleur sur le trajet du nerf sciatique. La douleur irradie de la fesse, jusqu'au pied en passant par la cuisse.

 

TOP